Le silence: ce virus qui nous tue touz depuis si longtemps…

Combien de cadavres cache-t-on dans les familles ? J’ai grandi pendant pas mal d’années en pensant que j’évoluais dans une famille fonctionnelle. Sans problèmes aucuns. Pas d’alcoolisme, de névroses, de secrets cachés. Tout le monde va bien. Sauf qu’en fait, tout le monde prétend, plus ou moins bien.

Dans ma famille comme dans presque toutes, al y a eu des soucis d’alcoolismes, de tromperies, de mensonges, des problèmes d’argent et surtout… de communications.

Le fond du problème pour moi se situe là. On apprend à parler mais pas à communiquer. Et la voix qu’on nous apprend à sortir n’est pas la nôtre mais bien celle qu’on nous met de force à l’intérieur. Une voix patriarcale. Aux femmes, on leur apprendra à taire leurs voix. ne surtout pas étaler leurs souffrances, sourire et prétendre que tout va bien. Servir les autres avec douceur. Elles auront droit à être émotives mais pas en colère. Et ne peuvent pas parler trop ou trop fort ou interrompre la parole des hommes. Les hommes eux seront éduqués pour parler avec raison, en laissant complètement béton leurs émotions. De toute façon un homme vrai ne souffre pas, pas vrai ?

L’apprentissage de la parole se fait donc pour qu’on ne puisse pas se comprendre, pas communiquer puisque parler de nos vulnérabilités n’est pas encouragé. Ca nous permettrait de voir probablement qu’on a plus de ressemblances qu’on ne le pense si on parlait de nos peines sincèrement. Et al n’y a pas d’intérêt à ce qu’on s’unisse. Ca pourrait être révolutionnaire !

On parle pour ne rien dire, on fait des small talks, on parle de la pluie et du beau temps et on répond ça va à peu près tout le temps. Quand on ose dire que ça ne va pas, faut voir la tête qu’on reçoit en face ! O.O » Les personnes sont décontenancées, elles auraient préférées la réponse habituelle pour ne pas devoir se mouiller. Je fais quoi avec un ça va pas ? Je sais pas gérer. Tendance à confondre le besoin d’exprimer avec sincérité un état d’âme et un besoin de prise en soin. L’écoute c’est déjà un soin qui peut-être suffisant dans pas mal de situations. Écouter attentivement. Sans interrompre. Ça s’appelle l’écoute active.

Depuis le mouvement #metoo, le pouvoir de la parole libérée se fait sentir. Mais al y a encore tellement de silence que l’on doit briser. Tellement de voix silenciées qu’al faudrait permettre d’être écoutées.

A chaque fois que tu sors ta voix authentique et sincère, tu contribues à guérir notre société du virus du silence. Merci pour ça ! Merci à toi !


Publié par feeniksrenee

Je m'appelle Fée-Niks Renée.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :